Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Europe

Je disais il y a peu de temps encore que, à mon sens, l’Europe nous protégeait des prédateurs financiers et du pouvoir des multinationales. Or, il semble bien que ce soit justement l’inverse qui se produit, sous nos yeux et avec notre assentiment ! L’Europe dépouille les états de leur souveraineté, c’est du moins ce qu’il semble et ce qu’on dit dans les médias. C’est de notre souveraineté citoyenne que l’Europe nous dessaisit avec l’assentiment et la complicité de nos dirigeants. Seuls, nous, les peuples européens sommes lésés dans l’histoire. Nos gouvernants y trouvent leur juste place à la fois de pauvres victimes impuissantes de la méchante Europe et de constructeurs du libre-échange sur notre terre européenne, puisque c’est de cela qu’il s’agit.

Qui le libre-échange sert-il avant tout ? Les peuples, comme on nous le serine sans cesse ou les plus riches, les multinationales, les banques ? Il est évident que cela profite avant tout aux plus forts alors qu’on nous dit que cela permet de défendre les plus faibles et ce que nous pouvons constater un peu partout le confirme en tous points.

Voyons rapidement ce que la constitution européenne nous impose à tous. Et rappelons-nous que dans les pays où le peuple avait d’abord refusé d’accepter ces règles, celles-ci nous ont ensuite été imposées par les gouvernants. A croire que pour eux, nous ne sommes pas assez mûrs pour décider par nous-mêmes. Donc, voici ces points :

  1. Le système préconise un fort taux de chômage, de façon indirecte mais certaine.
  2. Les états membres n’ont plus le droit de créer leur propre monnaie.
  3. Il leur est interdit de limiter la circulation des capitaux ; ils doivent également autoriser les entreprises à s’installer où bon leur semble.
  4. Le parlement européen, élu, n’est pas à l’initiative des lois, c’est la commission qui en pratique fait les lois et les exécute ce qui est un cumul inacceptable. Il existe même des lois où le parlement n’a pas son mot à dire.
  5. Les juges européens sont contrôlés, indirectement là encore, par le pouvoir exécutif.
  6. Le peuple n’a pas l’initiative des lois et aucun contrôle sur les actes des instances européennes.
  7. Réviser la constitution européenne réclame une unanimité, ce qui est impossible à obtenir à 27 membres. Autant dire que ces règles ne changeront jamais !
  8. La constitution européenne a été écrite pour protéger la position des plus riches et non pas pour protéger les plus pauvres.

Considérant tout cela, il ne reste plus que deux options : changer cette constitution ou sortir de l’union européenne. On a vu que la constitution est difficilement modifiable, sauf peut-être en surface, voire même impossible à changer. On peut toujours rêver que ceux-là même qui profitent du système, décideront dans un élan de générosité de le changer à leur détriment. Il y a tout de même peu de chances que cela arrive un jour. L’autre option, peut-être tout aussi irréaliste d’ailleurs, est de sortir de l’Union Européenne et de créer nos propres règles plus équitables. Si je dis irréaliste, ce n’est pas parce que cela créerait un effondrement économique comme certains le prédisent, d’autres pays s’en sortent fort bien, mais bien parce que nos dirigeants refuseraient ce choix. Contrairement à César qui préférait être le premier à Trifouilly les oies plutôt qu’être le second à Rome, nos (ceux de tous les pays, en fait) dirigeants font le choix inverse, être des sous-fifres dans une vaste Europe plutôt que de vrais dirigeants dans leurs pays. En fait, l’Europe est leur alibi pour échouer régulièrement dans leurs soi-disant tentatives de résoudre les problèmes locaux. S’ils font cela, c’est qu’ils profitent du système qui protège leur intérêt personnel, lequel est à l’évidence opposé à l’intérêt général que toute démocratie digne de ce nom devrait protéger.

L’alternative est la suivante : rester dans l’Europe et espérer que cette dernière nous permettra d’améliorer notre vie demain, tout en sachant que les choses ne pourront aller que de mal en pis ou quitter l’Union en ne sachant pas trop de quoi serait alors fait l’avenir mais avec au moins la possibilité d’instaurer un système politique, économique et social viable et défendant enfin les plus faibles.

Voter demain pour les partis allant dans ce sens, soutenir de futurs élus qui iraient contre l’idéologie ambiante au détriment de leur propre avenir ou compter plutôt sur une « révolution citoyenne » qui soulèverait le peuple de manière pacifique ? Que faire quand le train dans lequel on se trouve va droit dans le mur ? Attendre gentiment en regardant le dernier feuilleton à le télé ? sauter en marche, ça peut-être risqué ? tenter d’arrêter le train ?

Les problèmes de notre quotidien (chômage, etc…) ne sont difficiles à résoudre que parce que ceux-là même qui sont chargés de le faire ne s’y essaient même pas, trop occupés qu’ils sont avec leurs histoires de cœur ou avec la couleur de leur cravate.

C'est cette vidéo qui m' inspiré ce texte, je vous conseille de la regarder, c'est instructif. Merci à Héléna grâce à qui j'en ai eu connaissance.

Tag(s) : #Société