Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il y a peu, la Russie s'appropriait la Crimée, prenant tout le monde par surprise. Usant habilement de la force, sans violences toutefois (ou presque), les soldats russes (ou pro-russes, on ne sait trop) ont cerné les casernes ukrainiennes qui n'ont guère résisté, damant le pion à des Etats Unis impuissants à empêcher ce qu'ils ont appelés une invasion. Dans la foulée, un référendum était organisé au résultat sans surprise et le nouvel état intégré dans la fédération de Russie. Après avoir provoqué un pseudo-renversement de gouvernement à Kiev, les américains ne pouvaient guère s'attendre à ce que Poutine ne réagisse pas, ne serait-ce que pour préserver sa base militaire de Sébastopol dont la Russie a besoin pour retrouver sa place de premier plan sur la scène mondiale. D'autant que le pouvoir central à Kiev est aux mains de fascistes et d'oligarques sans scrupules! On a même l'impression que l'Occident à ouvert là une boite de Pandore qu'il sera peut-être difficile de refermer.

On peut regretter que l'Europe reste à la traîne, pour ne pas dire à la botte, des Etats Unis dans cette affaire... ainsi que dans d'autres, à vrai dire! A quand une Europe véritablement indépendante et forte qui servirait de contrepoids aux superpuissances dominant aujourd'hui le monde ?

Dans cette affaire de Crimée, on nous avait promis, en jouant sur nos peurs, une future troisième guerre mondiale, un conflit sans fin entre deux blocs, or il n'en sera rien. La Russie a montré sa force, elle a tapé son poing sur la table et les choses en resterons là, le reste n'est que gesticulations vaines. Que l'Onu ne reconnaisse pas le nouvel état criméen ne change rien au fait nouveau. La Russie revient sur le devant de la scène internationale avec derrière elle le soutien des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud) et ce n'est pas rien. On pourra toujours les traiter de "pays émergeants", ils représentent une bonne part de la population mondiale. L'épisode syrien avait déjà montré tout le poids diplomatique de la Russie empêchant l'Onu d'intervenir en Syrie et militaire lorsqu'ils ont positionnés leurs navires de guerre pour empêcher les Etats Unis de bombarder la Syrie depuis les eaux internationales, ainsi que cela s'était produit en Lybie.

Certains en ont profités pour dire que d'ores et déjà, les Usa étaient devenus une puissance sur le déclin au profit de la Russie, nouvelle puissance émergeante. On observe en tout cas que pour l'instant les négociations à propos de la Crimée tournent à l'avantage de la Russie ce qui me semble significatif. L'utilisation conjointe de la menace militaire et de la diplomatie a été payante sur ce coup là! On peut le regretter, ou pas, mais c'est un fait et, à mon sens, un fait nouveau et significatif. L'état du monde a changé!

Ca me semble une évidence et les gouvernants européens ne s'en sont visiblement pas encore aperçus, eux qui gesticulent encore contre Poutine, alors même qu'Obama en est a négocier une réorganisation de l'Ukraine (probablement un nouvel état fédéral permettant aux populations russophones de se rapprocher de Moscou).

On avait observé Sarkozy être le "bon toutou" des américains, les devançant même en Lybie et on observe Hollande faire de même. La France est-elle condamnée à obéir, le doigt sur la couture du pantalon, aux demandes américaines? Certes, les américains sont venus nous secourir autrefois mais les choses ont bien changé. Ils ne font plus que protéger leurs propres intérêts qui ne sont en rien les nôtres. D'ailleurs, le fait que la NSA continue de surveiller ses alliés (seuls les américains devraient ne plus être surveillés... quoique!) montre bien en quelle estime ils nous tiennent. Nos dirigeants, français aussi bien qu'européens, devraient prendre leurs distances avec les Etats Unis, ainsi que l'avait fait le général de Gaule en sortant la France de l'Otan. Ils devraient chercher à faire de l'Europe une grande puissance politique, ainsi qu'elle l'était naguère. Au lieu de quoi, ils s'efforcent surtout de plaire à leur "allié" américain, lequel ne cherche qu'à profiter de leurs faiblesses. Ou peut-être les européens ont-ils peur de déplaire à leur grand frère ?

Il serait peut-être temps de nous libérer de cette tutelle et de cette reconnaissance historique mal placée et même de nous tourner vers d'autres horizons. N'oublions pas que ce sont les forts et les puissants qui font l'Histoire! Alors qu'attendons-nous pour redevenir forts et puissants?

Après le référendum en Crimée...

Après le référendum en Crimée...

Tag(s) : #Europe, #Crimée, #Russie, #Histoire, #pouvoir