Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le suicide est un fléau, une plaie pour la société, un drame pour les proches et une voie sans retour. Bien que Dieu pardonne tout, il ne s'agit pas d'un acte semblable à d'autres actes de violence, dans la mesure où il s'agit bien d'un geste définitif. Pas de recours possible dans ce cas ! On peut se repentir d'un meurtre et être pardonné, mais le suicide est un acte dénotant une incapacité à accepter la réalité, à surmonter les handicaps ou à dominer la souffrance. Il peut également s'agir d'une impuissance ou de l'impossibilité à échapper à une situation ressentie comme un piège insurmontable. Loin de moi, l'idée de stigmatiser les infortunés qui n'ont pas trouvé d'autre solution que ce qui leur paraissait être une échappatoire. Et au lieu de cela ils n'ont trouvé qu'une voie de garage, le néant de la mort sans recours.

 

Dieu respecte en tous points la volonté de chacun, or le suicidé vient de dire : « désolé, je n'en peux plus, je ne veux pas survivre ! » Aussi, l'histoire s'achève-t-elle ainsi, pas de survie à la mort matérielle, pas d'éternité non plus, rien que le néant triste et désolé de tous ceux qui ne désirent pas la survie…

 

Notre premier mouvement, face à une personne annonçant son désir d'en finir avec la vie, est de chercher à le dissuader et en dernier recours à l'en empêcher. La société nous encourage dans ce sens en nous fournissant diverses aides, des numéros de téléphone d'urgence ou des groupes de soutien, par exemple. Cela n'est hélas pas toujours couronné de succès, sans compter tous les suicides qui surviennent sans que quiconque s'en soit douté et alors on se dit : « si j’avais su, j’aurais peut-être pu (ou dû, parfois) faire quelque chose ! » Et parfois, on semble réussir et finalement le suicide a lieu quand même…

 

Nous nous sentons alors coupable, comme si nous étions responsable des actes d'autrui, car le suicide est bien un acte volontaire, l'expression extrême et finale du libre-arbitre de chacun… Pourquoi ne pas, alors, respecter cette volonté, ainsi que Dieu le fait ? Peut-être devrions-nous ne rien faire et laisser ces gestes funestes se produire ? Mais nous ne pouvons nous y résoudre…

 

Nous n'avons certes pas à nous sentir coupable mais nous désirons aider ceux que nous aimons et que nous sentons partir à la dérive. Car nous savons que nous ne les reverrons jamais, pas même au-delà de la mort. Ceux qui croient réellement en Dieu ne chercheront sans doute pas à se suicider, ne serait-ce que par crainte de ne pas survivre. La difficulté survient avec ceux qui ne croient pas en Dieu puisque, pour eux, de toute façon, leur mort matérielle est une fin définitive.

 

Pour les anges, ceux qui ne croient pas en Dieu sont des déficients mentaux, très intelligents parfois sans doute mais limités, comme si leur intellect ne regardait que dans une seule direction. La foi est une affaire personnelle et si tous, nous avons reçu la même étincelle divine, certains la refusent parce qu’ils n'y croient pas. Paradoxalement, Dieu ne peut rien pour nous si nous ne croyons pas en Lui. L'étincelle divine, l'esprit intérieur, dépend de notre bon vouloir pour nous apporter son aide. Notre libre-arbitre est souverain et est divinement respecté (pas toujours par nos compagnons terrestres, mais c'est une autre histoire) et c'est cela même qui empêche Dieu de nous dire « coucou, je suis là ! » ou plus exactement, Il passe son temps à cela mais nous ne L'entendons pas. Notre esprit intérieur, qui pour nous est Dieu en personne, ne peut nous aider que dans la mesure où nous le désirons.

 

Celui qui veut se suicider se croit si seul, qu'il s'engouffre vers ce qu'il croit être une porte de sortie, alors qu'il ne s'agit que d'un trou sans fond, ce qu'il craint le plus, en fait ! Je suis sûr que s'il savait, ou s'il l'espérait, simplement, ce qu'il y a vraiment de « l'autre côté » de la mort, il se contenterait de patienter ou il s'évertuerait à trouver d'autres « solutions » à ses tourments. Il n'y en a certes pas toujours, loin s'en faut, mais assurément, le suicide n'en fait pas partie.

 

Certains professent que la volonté de chacun doit être respectée et que, donc, chacun devrait être libre de se suicider, mais il s'agit là d'une fausse liberté, la vraie liberté appartenant en fait aux caractères forts, déterminés et courageux. Eh oui, la vie, en tout cas la vie digne et porteuse d'avenir, est difficile et pleine d'embûches, n'en déplaise à tous ceux qui la désirerait plus douce et plus suave. Nous désirons tous qu'il en soit ainsi mais, au fond de nous, nous savons bien qu'il n'en est rien. Ce n'est que dans le feu des épreuves que se forgent les vrais caractères, respectueux de la vie, de sa propre vie.

 

Ceux qui croient en Dieu ne se suicident pas et demandent aux autres de ne pas le faire. Ils leurs demandent de faire preuve de courage, d'un immense courage, car l'éternité vaux bien cela, non ?

 

Le suicide
Tag(s) : #suicide, #fléau, #Dieu, #courage, #violence, #survie, #sans espoir